• Accueil > Actualités > Mixité et leadership, l’entreprise peut elle se réinventer ?

Mixité et leadership, l’entreprise peut elle se réinventer ?

WHOMEN 2011

Fortement impliquées dans l'association Whomen 2011 nous avons contribué à la réflexion sur ce thème majeur qui a réuni le 9 juin un plateau d’intervenants de qualité autour des 3 workshops, de la Conférence-débat et des performances artistiques.
Le fil rouge de chacun de ces ateliers a été de fournir des éléments opérationnels de réponse pour l'entreprise de demain .

Quelques témoignages
- « Remettre l’Humain au cœur de la société, redonner du sens, de l’exemplarité, du collectif. Casser les stéréotypes et les cloisonnements » S. Brunet. Onet
-  « L’art, un nouveau moyen pour amener les collaborateurs à penser autrement, à se transformer et transformer l’entreprise » HOM
A la question, l’Entreprise peut elle se réinventer par la mixité ?
Voici quelques fondamentaux parmi les réponses citées par Deloitte, CPG et la CGPME.
- Les valeurs et des enjeux émergents du 21° Siècle sont :
Synergie des compétences ; Evolution du management ; Adaptation des savoir être
- Les qualités et comportements attendus :
Transférer et transmettre. Faire confiance et déléguer. Accompagner et développer
Et, les trois clés retenues ce 9 juin
Favoriser l'autonomie par la confiance
Faire de la mixité un critère d'innovation
Manager sans culpabilité et lutter contre l’autocensure des femmes

A ces fondamentaux, nous ajoutons
- Osez le principe de subsidiarité (1)  
- Mettez en œuvre votre concept hérisson (2)
- Développez le contrat de coopération (3)
- et sans oublier  … l'autonomie, la motivation intrinsèque et le sens, cités par Stéphanie Mitrano - experte présente dans les workshops - dans son blog.

Pour nous C&F,il est essentiel aujourd’hui de créer dans l’Entreprise les conditions pour que chacun puisse contribuer à son juste niveau à passer de la "performance à l’excellence"  en traitant
- les ambivalences  c’est à dire ne pas faire le choix de ce que l’on souhaite avoir et de ne pas assumer les conséquences de ses choix
- les ambiguïtés et le paradoxe, ce qui nous amène souvent à considérer l’excellence de l’autre comme une menace personnelle
et
en conclusion, en favorisant le développement personnel et le potentiel de créativité et d’innovation de chacun pour nourrir l’Intelligence Collective.


--------------------
(1)- Par analogie au principe de gouvernance de l'action publique. La subsidiarité implique trois points
- La responsabilité est allouée à la plus petite entité capable de résoudre le problème d'elle-même.
- Le souci de veiller à ne pas faire à un niveau plus élevé ce qui peut l'être avec plus d'efficacité à une échelle plus faible
- Si des problèmes de responsabilité excèdent les capacités d'une petite entité à les résoudre, l'échelon supérieur a alors le devoir de la soutenir
(2)- dans son concept hérisson, Jim Collins dans "Good to Great"  et "De la performance à l'Excellence" entend le succès comme la conjonction de trois facteurs : la passion, la rentabilité et là où on peut être le meilleur
(3)-Dans un système basé sur la coopération, les différents acteurs travaillent dans un esprit d'intérêt général de tous les acteurs. Cela suppose un certain degré de confiance et de compréhension. La coopération  exclue la notion de concurrence.